Evénements Cancer Rose de décembre 2023

13 décembre à Nancy

Cliquez pour agrandir

"Dépistage du cancer du sein, aspects médicaux, épidémiologiques, sociaux et psychologiques."

Présentation, ici : Download/Télécharger

Conférence par Dr C.Bour le 13 décembre 2023 , à 17h30 au siège de la métropole du Grand Nancy, viaduc Kennedy, dans la salle du conseil à la Métropole du Grand Nancy.

Captation video ici, à partir de 1/14 -

14 décembre à Nice

On fête les 100 ans de la pièce Dr Knock dans un ciné-débat à la Faculté de Médecine de Nice, dès 18h30, avec la participation de Dr J.Doubovetzky, auteur du site d'information médicale Anti-Knock-

Communication et article sur le site Anti-Knock

Communication sur le site CI3P-Nice, cliquez sur l'image :

Cancer Rose est un collectif de professionnels de la santé, rassemblés en association. Cancer Rose fonctionne sans publicité, sans conflit d’intérêt, sans subvention. Merci de soutenir notre action sur HelloAsso.


Cancer Rose is a French non-profit organization of health care professionals. Cancer Rose performs its activity without advertising, conflict of interest, subsidies. Thank you to support our activity on HelloAsso.

Mammo ou pas mammo ? Le livre pour les femmes en anglais !

22/10/2023

Mammogram: YES or NO?
“Should I get Screened ?”
By Dr. Cécile Bour, Radiologist

Depuis l'alerte de la Collaboration Nordique Cochrane dans les années 2000 mettant en doute l'efficacité du dépistage mammographique et pointant ses risques, de nouvelles études ont vu le jour en 2023, évaluant le surdiagnostic généré par le dépistage à la hausse.

Parallèlement, une revue systématique très récemment parue suggère un gain de durée de vie grâce au dépistage mammographique incertain et très peu probable.

Malheureusement les femmes sont volontairement tenues à l'écart de ces nouvelles connaissances et subissent toujours la promotion du dépistage sans qu'on ne les informe de ses risques et inconvénients.

Il est temps que cette connaissance progresse enfin et soit accessible à toutes les femmes, dans tous les pays.

Le livre "mammo ou pas mammo ?", sorti aux éditions T.Souccar d'abord en français et en version papier en 2021 est à présent accessible en version anglaise en format ebook, pour un public plus large et anglophone.

Un manuel pratique pour les femmes

C'est un ouvrage pratique, qui s’adresse à toutes les femmes qui se posent des questions sur le dépistage du cancer du sein.
Conçu à partir des questions de patientes entendues en consultation, l'auteure, radiologue exerçant en France, fournit les informations nécessaires pour aider chaque femme à mieux comprendre les enjeux de ce dépistage et à en connaître les inconvénients.
Au plus près des données scientifiques elle s'efforce de répondre, par exemple aux questions suivantes :

« En passant une mammo, une écho, ou une IRM, on est sûr de tout voir, non ? »

« Là où je travaille, on est dix femmes. On se fait toutes dépister parce que l’une de nous l’aura forcément. Une sur huit à ce qu’il paraît ! C’est vrai ? »

« J’ai lu que le taux de guérison du cancer du sein était de 90 %. C’est vrai ? »

« Le radiologue m’a trouvé un tout petit cancer. Plus on détecte tôt et mieux c’est, non ? »

« Est-ce qu’on ne devrait pas faire des mammographies plus tôt, avant 50 ans ? »

« C’est quoi le surdiagnostic ? »

« C’est si grave que ça de détecter des cancers inoffensifs ?»

Pourquoi une traduction ?

Parce qu’on ne leur a jamais exposé les données de façon équilibrée, certaines lectrices vont certainement découvrir seulement maintenant que la pertinence du dépistage du cancer du sein est contestée sur le plan scientifique.
Elles trouveront des éclaircissements à des interrogations de base que toutes les femmes, se posent sans trouver nécessairement de réponse sur les sites officiels, pour pouvoir en discuter avec leur praticien afin de faire leur choix, selon le principe de la décision éclairée, qu'elles résident dans un pays francophone ou au-delà de nos frontières.

Communiqué de presse/Press release

Cancer Rose est un collectif de professionnels de la santé, rassemblés en association. Cancer Rose fonctionne sans publicité, sans conflit d’intérêt, sans subvention. Merci de soutenir notre action sur HelloAsso.


Cancer Rose is a French non-profit organization of health care professionals. Cancer Rose performs its activity without advertising, conflict of interest, subsidies. Thank you to support our activity on HelloAsso.

Mammo ou pas mammo ?

PRESENTATION DU LIVRE "MAMMO OU PAS MAMMO?" VENDREDI 13 OCTOBRE à Ma P'TITE LIBRAIRE, à CLOUANGE (MOSELLE), à 18H30;

La présentation sera suivie d'une discussion avec les participant(e)s autour du dépistage du cancer du sein.

Cancer Rose est un collectif de professionnels de la santé, rassemblés en association. Cancer Rose fonctionne sans publicité, sans conflit d’intérêt, sans subvention. Merci de soutenir notre action sur HelloAsso.


Cancer Rose is a French non-profit organization of health care professionals. Cancer Rose performs its activity without advertising, conflict of interest, subsidies. Thank you to support our activity on HelloAsso.

NOUVEAU, NOTRE OUTIL D’AIDE A LA DECISION INTERACTIF

1er octobre 2023

Communiqué de presse de Cancer Rose

1er octobre 2023

Le Collectif Cancer Rose propose un outil d'aide à la décision interactif et en trois langues (français, anglais, allemand) concernant le dépistage du cancer du sein, afin que chaque femme puisse évaluer sa propre balance bénéfices/risques. https://oad.cancer-rose.fr/
Cet outil peut facilement être utilisé seule ou avec l'aide d’un praticien lors d'une consultation médicale.

L’outil présente 2 balances bénéfices/risques :

  • une balance bénéfices/risques basée sur des hypothèses défavorables au dépistage
  • une balance bénéfices/risques basée sur des hypothèses favorables au dépistage.

Il est possible de renseigner l'âge de début et de fin de participation au dépistage pour avoir une estimation personnalisée des bénéfices escomptés (les décès évités) et des risques (les surdiagnostics et les fausses alertes) auxquels expose le dépistage.

COMMUNIQUES DE PRESSE, FRANçAIS, ANGLAIS, ALLEMAND

L'outil est également accessible directement à partir de la page d'accueil.

Cancer Rose est un collectif de professionnels de la santé, rassemblés en association. Cancer Rose fonctionne sans publicité, sans conflit d’intérêt, sans subvention. Merci de soutenir notre action sur HelloAsso.


Cancer Rose is a French non-profit organization of health care professionals. Cancer Rose performs its activity without advertising, conflict of interest, subsidies. Thank you to support our activity on HelloAsso.

Une formation en ligne interactive 2023-2025

Notre formation interactive en ligne, nouvelles dates 2024 !

Sessions

- 24.010 se déroulant  du 11 mars au 1er avril 2024

- 24.011 se déroulant du 08 au 29 avril 2024 

- 24.012 se déroulant du 03 au 23 juin 2024 

- 24.013 se déroulant du 05 au 25 août 2024

La formation est destinée aux médecins généralistes, sages-femmes, et infirmières mais aussi aux gynécologues, radiologues, médecins de santé publique et journalistes de santé, sans pré-requis particulier. Elle peut aussi concerner les assistantes médicales et les patient(e)s expert(e)s.

Nous vous la présentons dans le petit film ci-dessous.
Ensuite, sous la vidéo vous trouverez une présentation ainsi que les modalités d'inscription détaillées.

Présentation de la formation

Download/Télécharger

Inscription à la formation

a- Peuvent s'inscrire : les médecins généralistes, gynécologues, obstétriciens, radiologues, médecins de santé publique ; les sages-femmes ; les infirmier.e.s de santé publique et de pratique avancée. Les étudiants en 3e cycle de médecine (ou plus), en dernière année de sage-femme et en formation d'IPA peuvent aussi suivre la formation. Parmi les non professionnels de santé, peuvent s'inscrire les journalistes de santé.
b- Se rendre sur le site internet de l'ANDPC, cliquer sur "recherche action", puis cliquer sur « rechercher une action de DPC ». Sur l’écran suivant, dans le champ de recherche droit « Référence de la formation (11 chiffres) », indiquez 99DZ232500. Cliquez ensuite sur « voir les sessions » et choisissez les dates qui vous conviennent.Pour le moment, seules sont indiquées les sessions de 2023, mais Cancer rose s'est engagé à réaliser au moins une session par trimestre en 2024, afin que toutes les demandes soient satisfaites.
c- Pour demander son inscription directement, envoyer un mail à formation.depistage.cancerrose@gmail.com en indiquant son nom, son prénom, sa profession, son mail, et en précisant le mois au cours duquel vous souhaitez suivre la formation.

Download / Télécharger

Cancer Rose est un collectif de professionnels de la santé, rassemblés en association. Cancer Rose fonctionne sans publicité, sans conflit d’intérêt, sans subvention. Merci de soutenir notre action sur HelloAsso.


Cancer Rose is a French non-profit organization of health care professionals. Cancer Rose performs its activity without advertising, conflict of interest, subsidies. Thank you to support our activity on HelloAsso.

Preventing Overdiagnosis Conference Copenhague 2023

Cancer Rose participe, grâce à l'intervention de Dr Jean Doubovetzky, au Congrès Preventing Overdiagnosis du 14 au 16 août 2023 qui a lieu à Copenhague.

Il présente notre MOOC, formation interactive en ligne ouverte aux professionnels(-les) de santé, infirmières et infirmiers, patient(e)s expert(e)s_

Présentation de Dr J.Doubovetzky du mardi 15 août

Download / Télécharger

Abstract dans le BMJ

Traduction de l'abstract BMJ

Doubovetzky J, Robert V, Bour C

12 Développement du MOOC " Dépistage du cancer du sein - informer les femmes " par l'association indépendante cancer rose pour la formation des professionnels de santé français.
BMJ Evidence-Based Medicine 2023;28:A5-A6.
https://ebm.bmj.com/content/28/Suppl_1/A5.2

Résumé

Les médecins, les sages-femmes, les infirmières et les spécialistes médicaux devraient fournir aux citoyens des informations complètes sur les préjudices possibles et les bénéfices du dépistage du cancer du sein. Les femmes doivent être correctement informées pour pouvoir décider de participer ou non au dépistage, en fonction de leurs préférences, de leurs valeurs et de leurs facteurs de risque, sans aucune coercition, persuasion ou incitation.

En 2016, à la demande de la Ministre de la Santé, un examen indépendant du programme de dépistage du cancer du sein en France a été réalisé, et le comité de pilotage a conclu que le programme devait être soit supprimé, soit réformé en profondeur. Ses principales recommandations sont les suivantes :
1) la mise à disposition d'une information neutre et complète pour les femmes, le public et les médecins ;
2) la reconnaissance de la controverse scientifique dans l'information destinée aux femmes et aux médecins ; et
3) la formation des médecins pour aider les femmes à prendre des décisions éclairées sur le dépistage du cancer du sein.

En réponse à ces recommandations, l'association indépendante Cancer Rose a conçu un cours en ligne ouvert à tous (MOOC) intitulé "Dépistage du cancer de Brest - Informer les femmes". Ce MOOC vise à fournir aux professionnels de la santé les outils et les techniques nécessaires pour communiquer des informations complexes de manière simple et efficace afin de mieux aider leurs patientes à prendre des décisions éclairées. Cette formation peut également aider les journalistes intéressés par la communication de données de santé publique à éviter les pièges des données incorrectes et des préjugés trompeurs.

La formation a été accréditée par le Conseil supérieur de la formation médicale (DPC) et est accessible aux professionnels de santé français via la plateforme d'e-learning 360Learning. Il est construit de manière ludique, avec des films, des quiz, des visuels didactiques " à points ", ainsi que des animations courtes et variées.

Ce cours en ligne de 3 heures, complet, varié et divertissant, aide les professionnels de la santé à comprendre et à expliquer ce que l'on sait et ce qui reste sans réponse concernant les bénéfices et les risques potentiels du dépistage du cancer du sein, ainsi qu'à maîtriser les techniques de communication pour aider les femmes à prendre une décision en connaissance de cause. Il se compose de quatre sections : une introduction, une analyse des avantages du dépistage, une section sur ses inconvénients et une dernière section sur la manière de communiquer.

Dans l'introduction, certains concepts fondamentaux, tels que la théorie du dépistage du cancer du sein et l'histoire naturelle de ce cancer, sont abordés. Un bref aperçu de l'histoire du dépistage mammographique est décrit. Ensuite, plusieurs concepts théoriques tirés de l'EBM (Evidence-Based Medicine) sont introduits, notamment la pertinence comparative des différents types d'essais cliniques, leurs biais potentiels et les critères de jugement. Le cours aborde les résultats des études contrôlées randomisées qui ont servi de base à l'évaluation du dépistage par mammographie. Enfin, le cours propose un outil d'aide à la décision basé sur des données probantes applicables en France en deux versions, adaptées à différents niveaux de lecture : une version complète et détaillée et une version courte et ludique avec des visuels de bande dessinée pour faciliter la compréhension et la mémorisation de l'information.

Nous proposons de rendre le MOOC accessible aux étudiants et aux professionnels de santé au niveau international, et nous appelons à la collaboration pour créer un cours multilingue en français, en anglais, en espagnol et en allemand. Nous invitons les médecins, les chercheurs et les universitaires intéressés et capables de soutenir cette initiative à se joindre à nous.

Quizz pour les participants

Un quizz amusant a été distribué aux participants : "le Roi Charles III est-il responsable de l'augmentation des cancers du sein?"

Cancer Rose est un collectif de professionnels de la santé, rassemblés en association. Cancer Rose fonctionne sans publicité, sans conflit d’intérêt, sans subvention. Merci de soutenir notre action sur HelloAsso.


Cancer Rose is a French non-profit organization of health care professionals. Cancer Rose performs its activity without advertising, conflict of interest, subsidies. Thank you to support our activity on HelloAsso.

Journée du Collège québécois des médecins de famille (CQMF)

Cliquez sur l'image

Cancer Rose a eu l'honneur d'être convié pour animer un atelier lors de la journée du Collège québécois des médecins de famille (CQMF), journée annuelle qui s'est tenue sous le thème de la pertinence des soins, le vendredi 26 mai 2023, au Palais des congrès de Montréal.
Dr Cécile Bour, qui s'y est rendue au nom du collectif, est intervenue avec une présentation lors de la 'journée médias', le 25 mai et pour animer un atelier interactif le 26 mai, sur le thème 'Messages médiatiques contradictoires et dépistage du cancer du sein'.

Communiqué de présentation du CQMF :

"Cette journée se veut une prise de conscience sur l'utilisation des ressources dans l'écosystème des soins de santé québécois. La surutilisation des ressources, la surmédicalisation et le surdiagnostic sont des phénomènes complexes nécessitant des solutions à divers niveaux. Médecins engagés, leaders gestionnaires en santé et leaders pédagogiques y sont conviés pour passer à l'action.
Alliant des présentations plénières engageantes à des ateliers pratiques visant l'adoption de changements concrets, cette journée promet d'être riche en échanges et en pistes de solution.
Elle s’inscrit de plus dans l’effort du CQMF de réduction de l’empreinte écologique et, entre autres objectifs, de documentation des émissions de gaz à effet de serre. Ne manquez pas cet événement unique ! "

Les programmes

Présentation Dr Bour Cécile

Download / Télécharger

Journée presse du 25 mai

Extrait des supports pédagogiques atelier du 26 mai

Images

Palais des congrès de Montréal, bâtiment au toit végétalisé et autosuffisant.

Merci à la formidable équipe du Collège Québécois des Médecins de Famille pour son accueil, son dynamisme, sa gentillesse et chaleur humaine, sa bonne humeur ; merveilleux souvenirs d'échanges enrichissants , amicaux et chaleureux.

Cancer Rose est un collectif de professionnels de la santé, rassemblés en association. Cancer Rose fonctionne sans publicité, sans conflit d’intérêt, sans subvention. Merci de soutenir notre action sur HelloAsso.


Cancer Rose is a French non-profit organization of health care professionals. Cancer Rose performs its activity without advertising, conflict of interest, subsidies. Thank you to support our activity on HelloAsso.

Cancer Grand Challenges- une communauté de chercheurs, un défi

Cancer Grand Challenges

https://cancergrandchallenges.org

Cancer Grand Challenges soutient une communauté de chercheurs diversifiée et mondiale pour qu'elle se rassemble, pour qu'elle pense différemment et relève certains des défis les plus difficiles dans le domaine du cancer. Il s'agit des obstacles qui continuent à entraver les progrès qu'aucun scientifique, institution ou pays ne peut surmonter seul. Grâce au Cancer Grand Challenges, les équipes reçoivent un financement de 25 millions de dollars et sont habilitées à dépasser les frontières traditionnelles pour changer les perspectives des personnes atteintes de cancer.

Fondés par les deux plus grands organismes de financement de la recherche sur le cancer au monde - Cancer Research UK et le National Cancer Institute aux États-Unis - et rassemblant une communauté internationale de partenaires, Cancer Grand Challenges vise à réaliser des progrès urgents dans la lutte contre le cancer.

Tout chercheur, clinicien, sponsor, donateur ou personne touchée par le cancer sont invités à soumettre l'idée qui, selon elle ou lui, représente le plus grand défi sur le portail du Cancer Grand Challenges.
La date limite pour la proposition des idées a été fixée au 28 novembre 2022.
Nous avons proposé deux idées pour les futurs défis.
Les résultats seront connus en Mars 2024.

Proposition idée 1

Challenge statement (20 words)

Evaluate radio-induced cancer risk by low dose- repeated dose radiation in mammography screening, using newest research data and insights from radiobiology
What's the opportunity or barrier that your challenge aims to address (150 words)

Radiation exposure of the female breast by routine mammography screening may contribute to the increased incidence of breast cancer in the population. Despite some research, there are not enough studies to determine health risks arising from low-dose radiation.

Pauwels, Foray and Bourguignon, 2016 ( https://doi.org/10.1159/000442442) reviewed radiobiological effects, including cellular damage and responses due to ionizing radiation and assessed how low-dose radiation may result in carcinogenic DNA damage especially for individuals with hyper susceptibility to radiation. 

Colin et al, 2011 (DOI: 10.3109/09553002.2011.608410) highlighted the existence of DNA damage induced by mammography and revealed two major effects: a dose effect and a low dose repeated dose  effect. 

Fernandez-Antoran et al, 2019 (DOI: 10.1016/j.stem.2019.06.011) show that low doses of radiation equivalent to three CT scans, which are considered safe, promote the spread of cancer-capable cells in healthy tissue. Authors recommend that this risk should be considered in assessing radiation safety.

Today there is a need to accurately inform population regarding the radio-induced cancer by low dose-repeated dose radiation in mammography screening that take into account new insights from radiobiology.

Explain the Potential impact addressing this challenge could have (150 words)

Ionizing radiation as used in low-dose X-ray mammography may be associated with a risk of radiation-induced carcinogenesis in woman population. The risks are especially increased in particular situations. 

Despite the mammography is not recommended below 50 years old in France, many doctors prescribe it, and some women do it annually. Because the dense breasts at a younger age, multiple views are taken increasing the repeated dose of radiation. Beside mammography, women can be also prescribed CT scans and other X-rays exams, cumulating exposure to radiation. Furthermore, a significant risk of cancer is present for individuals who suffer from hyper susceptibility to ionizing radiation. In case of ACR3, multiple mammography views and at close intervals (6 months, 12 and 24 months) are requested for surveillance with repeated exposure to radiation. 

Informing woman on the balance benefits/risks of mammography screening is an ethical duty.

Pauwels E, K, J, Foray N, Bourguignon M, H: Breast Cancer Induced by X-Ray Mammography Screening? A Review Based on Recent Understanding of Low-Dose Radiobiology. Med Princ Pract 2016;25:101-109. doi: 10.1159/000442442

Catherine Colin, Clément Devic, Alain Noël, Muriel Rabilloud, Marie-Thérèse Zabot, Sylvie Pinet-Isaac, Sophie Giraud, Benjamin Riche, Pierre-Jean Valette, Claire Rodriguez-Lafrasse & Nicolas Foray (2011) DNA double-strand breaks induced by mammographic screening procedures in human mammary epithelial cells, International Journal of Radiation Biology, 87:11, 1103-1112, DOI: 10.3109/09553002.2011.608410

David Fernandez-Antoran, Gabriel Piedrafita, Kasumi Murai, Swee Hoe Ong, Albert Herms, Christian Frezza, Philip H. Jones. Outcompeting p53-Mutant Cells in the Normal Esophagus by Redox Manipulation. Cell Stem Cell, 2019; DOI: 10.1016/j.stem.2019.06.011 ; https://www.sciencedaily.com/releases/2019/07/190718150933.htm

Traduction en français

Énoncé du défi (20 mots)

Évaluer le risque de cancer radio-induit par des rayonnements à faible dose et à doses répétées dans le cadre du dépistage mammographique, en utilisant les données de recherche les plus récentes et les connaissances en radiobiologie.

 Quelle est l'opportunité ou l'obstacle que votre défi vise à aborder (150 mots)

L'exposition du sein féminin aux rayonnements dans le cadre d'un dépistage mammographique de routine peut contribuer à l'augmentation de l'incidence du cancer du sein dans la population. Malgré certaines recherches, il n'y a pas suffisamment d'études pour déterminer les risques pour la santé découlant des rayonnements X à faible dose.

Pauwels, Foray et Bourguignon, 2016 ( https://doi.org/10.1159/000442442 ) ont examiné les effets radiobiologiques, y compris les dommages cellulaires et les réponses imputables aux rayonnements ionisants, et ont évalué la façon dont les rayonnements à faible dose peuvent entraîner des dommages cancérigènes au niveau de l'ADN, en particulier chez les personnes présentant une hyper susceptibilité aux rayonnements.

Colin et al, 2011 (DOI : 10.3109/09553002.2011.608410) ont mis en évidence l'existence de dommages sur l'ADN cellulaire induits par la mammographie et ont révélé deux effets majeurs : un effet de dose et un effet de 'dose répétée' à faible dose.  Fernandez-Antoran et al, 2019 (DOI : 10.1016/j.stem.2019.06.011) montrent que de faibles doses de rayonnement équivalentes à trois examens de scanner, considérées comme sûres, peuvent favoriser la propagation de cellules susceptibles de cancériser dans les tissus sains. Les auteurs recommandent de prendre en compte ce risque dans l'évaluation de la sécurité des rayonnements.

Il est aujourd'hui nécessaire d'informer de manière précise la population sur le cancer radio-induit par des rayonnements à faibles doses répétées dans le cadre du dépistage par mammographie, en tenant compte des nouvelles connaissances de la radiobiologie.

Expliquez l'impact potentiel que pourrait avoir le fait de relever ce défi (150 mots)

Les rayonnements ionisants utilisés dans les mammographies à faible dose peuvent être associés à un risque de cancérogenèse radio-induite dans la population féminine. Les risques sont plus importants dans des situations particulières. Bien que la mammographie ne soit pas recommandée en dessous de 50 ans en France, de nombreux médecins la prescrivent, et certaines femmes la font chaque année. En raison de la densité des seins à un plus jeune âge, de multiples clichés sont pris, ce qui augmente la dose répétée de radiation. Outre la mammographie, les femmes peuvent également se voir prescrire des scanners et d'autres examens à rayons X, ce qui cumule l'exposition aux rayonnements. En outre, un risque important de cancer est présent chez les personnes qui souffrent d'une hypersensibilité aux rayonnements ionisants. En cas d'ACR3, des mammographies multiples et à intervalles rapprochés (6 mois, 12 et 24 mois) sont prescrites pour une surveillance avec exposition répétée aux rayonnements.
Informer les femmes sur la balance bénéfices/risques du dépistage mammographique est un devoir éthique.

Pour aller plus loin :

Thèse Mamon Britel : Analyse psychosociale de la radioprotection dans le domaine médical : perspectives pour l'IRSN

https://www.irsn.fr/FR/Larecherche/Formation_recherche/Theses/Theses-soutenues/PSN-SRDS/Pages/2020-Analyse-psychosociale-radioprotection-perspectives-pour-IRSN.aspx#.Y4UPRC_pMUs

Vidéo These Manon Britel , 3 min ici

https://www.irsn.fr/FR/Larecherche/Formation_recherche/3-minutes-these/Pages/3-minutes-these-Manon-Britel.aspx#.Y4UO1S_pMUs

Proposition idée 2

Challenge title: 

Investigation of active surveillance for low-risk invasive breast cancers to reduce overtreatment and increase quality of life

What's the opportunity or barrier that your challenge aims to address (150 words)

The main harm of breast cancer screening is overdiagnosis. NIH (https://www.cancer.gov/types/breast/hp/breast-screening-pdq#_13_toc) indicates that between 20% and 50% of screen-detected breast cancers represent overdiagnosis based on patient age, life expectancy, tumor type (ductal carcinoma in situ -DCIS and/or invasive). 

Recently, Marcadis et al. 2022 (https://doi.org/10.1016/j.mayocp.2022.08.006) demonstrate that diagnosis of an early-stage breast cancer (DCIS and stage I breast cancer) does not necessarily mean that a woman’s survival has been compromised in comparison to the general population.  Their data support investigation of active surveillance for breast cancer to de-escalate treatment to reduce overtreatment.  Currently, active surveillance is being investigated for DCIS (COMET, LORIS, LORD, and LORETTA trials), and authors conclude that it may also be worthy of study in early-stage hormone receptor-positive breast cancer. Authors suggest considering the investigation of active surveillance for low-risk, screening-detected invasive breast cancers, and this is an important challenge with high impact for breast cancer patients.

Explain the Potential impact addressing this challenge could have (150 words) 

The resulting overtreatment of nonprogressive breast cancer cause substantial harms and significantly reduce the patient’s quality of life without reducing breast cancer mortality.
Internationally, there are four active prospective clinical trials on active surveillance of DCIS.

Pinder et al. 2022 ( https://link.springer.com/article/10.1007/s00428-021-03173-8 ) indicate that an invasive carcinoma that is potentially missed, or develops during high-quality annual surveillance, is also likely to be low grade, small, node negative and unlikely to impact a patient’s prognosis. 

Chapman et al. 2021 (doi: 10.1200/OP.20.00614) found that the majority of women are willing to accept some increase in future breast cancer risk in exchange for reducing the extent of surgery or severity and/or duration of treatment-related side effects. New approaches to the treatment of invasive cancer and not only DCIS, by means of active surveillance to reduce overtreatment and provide more personalized options for patients, need to be also investigated.

References

NIH National Cancer Institute Breast Cancer Screening (PDQ®)–Health Professional Version, https://www.cancer.gov/types/breast/hp/breast-screening-pdq

 Marcadis AR, Morris LGT, Marti JL. Relative Survival With Early-Stage Breast Cancer in Screened and Unscreened Populations. Mayo Clin Proc. 2022 Nov 3:S0025-6196(22)00499-2. doi: 10.1016/j.mayocp.2022.08.006. Epub ahead of print. PMID: 36336518.

Chapman BM, Yang JC, Gonzalez JM, Havrilesky L, Reed SD, Hwang ES. Patient Preferences for Outcomes Following DCIS Management Strategies: A Discrete Choice Experiment. JCO Oncol Pract. 2021 Nov;17(11):e1639-e1648. doi: 10.1200/OP.20.00614. Epub 2021 Mar 12. PMID: 33710917.

Pinder SE, Thompson AM, Wesserling J. Low-risk DCIS. What is it? Observe or excise? Virchows Arch. 2022 Jan;480(1):21-32. doi: 10.1007/s00428-021-03173-8. Epub 2021 Aug 27. PMID: 34448893; PMCID: PMC8983540.

Traduction en français

Titre du défi :

Recherche portant sur la surveillance active des cancers du sein invasifs à faible risque afin de réduire le surtraitement et d'améliorer la qualité de vie.

Quelle est l'opportunité ou l'obstacle que votre défi vise à aborder (150 mots)

Le principal préjudice du dépistage du cancer du sein est le surdiagnostic.
Le NIH (https://www.cancer.gov/types/breast/hp/breast-screening-pdq#_13_toc) indique qu'entre 20 et 50 % des cancers du sein détectés par dépistage représentent un surdiagnostic en fonction de l'âge de la patiente, de son espérance de vie et du type de tumeur (carcinome canalaire in situ (CCIS) et/ou invasif).

Récemment, Marcadis et al. 2022 (https://doi.org/10.1016/j.mayocp.2022.08.006) ont démontré que le diagnostic d'un cancer du sein à un stade précoce (DCIS et cancer du sein de stade I) ne signifie pas nécessairement que la survie d'une femme est compromise par rapport à la population générale.  Leurs données soutiennent l'étude de la surveillance active du cancer du sein afin de réduire l'escalade du traitement et de limiter le surtraitement.  Actuellement, la surveillance active fait l'objet des essais cliniques pour le CCIS (Essais COMET, LORIS, LORD et LORETTA), et les auteurs concluent qu'elle pourrait également être étudiée pour le cancer du sein à récepteurs hormonaux positifs au stade précoce. Les auteurs suggèrent d'envisager l'étude de la surveillance active pour les cancers du sein invasifs à faible risque, détectés par dépistage, et il s'agit d'un défi important à fort impact pour les patientes atteintes d'un cancer du sein.

Expliquez l'impact potentiel que pourrait avoir le fait de relever ce défi (150 mots)

Le surtraitement du cancer du sein non évolutif cause des préjudices importants et réduit considérablement la qualité de vie des patientes sans pour autant réduire la mortalité due au cancer du sein.
Au niveau international, il existe quatre essais cliniques prospectifs en cours sur la surveillance active du CCIS.

Pinder et al. 2022 ( https://link.springer.com/article/10.1007/s00428-021-03173-8 ) indiquent qu'un carcinome invasif qui serait potentiellement méconnu, ou qui se développerait au cours d'une surveillance annuelle de qualité, serait probablement de faible grade, de petite taille, sans envahissement ganglionnaire et peu susceptible d'avoir un impact sur le pronostic de la patiente.

Chapman et al. 2021(doi : 10.1200/OP.20.00614) ont constaté que la majorité des femmes étaient prêtes à accepter une certaine augmentation du risque de cancer du sein futur en échange d'une réduction de l'étendue de la chirurgie ou de la gravité et/ou de la durée des effets secondaires liés au traitement. Il est donc nécessaire d'étudier aussi de nouvelles approches du traitement du cancer invasif et pas seulement du CCIS, par le biais d'une surveillance active visant à réduire le surtraitement et à offrir des options plus personnalisées aux patientes.

Pour aller plus loin

Cancer Rose est un collectif de professionnels de la santé, rassemblés en association. Cancer Rose fonctionne sans publicité, sans conflit d’intérêt, sans subvention. Merci de soutenir notre action sur HelloAsso.


Cancer Rose is a French non-profit organization of health care professionals. Cancer Rose performs its activity without advertising, conflict of interest, subsidies. Thank you to support our activity on HelloAsso.

Communiqués de presse, une e-formation en ligne

Nous sommes ravis de vous présenter notre formation en ligne, un mooc interactif dont vous trouverez présentation et instructions d'inscription ici : https://cancer-rose.fr/2022/09/16/une-formation-en-ligne-interactive/

Nos communiqués de presse :

Communiqué court
Communiqué détaillé

Communiqué court

Download / Télécharger

Communiqué détaillé

Download / télécharger

Cancer Rose est un collectif de professionnels de la santé, rassemblés en association. Cancer Rose fonctionne sans publicité, sans conflit d’intérêt, sans subvention. Merci de soutenir notre action sur HelloAsso.


Cancer Rose is a French non-profit organization of health care professionals. Cancer Rose performs its activity without advertising, conflict of interest, subsidies. Thank you to support our activity on HelloAsso.

Congrès Preventing Overdiagnosis, Calgary 8-12 juin 2022

Comme tous les ans, le congrès international sur la surmédicalisation a eu lieu, cette fois en présentiel à Calgary, avec la participation de Cancer Rose.

Précédentes participations

Présentations
Abstracts
Posters
On en parle
Photos
Edito BMJ

Précédentes participations

Congrès Preventing Overdiagnosis Sydney 5-7 décembre 2019

Congrès "Preventing Overdiagnosis" Copenhague 2018

Congrès 2022, Calgary

https://www.preventingoverdiagnosis.net/2022/Documents/DraftProgramme_2022.pdf

Présentations

Dr Jean Doubovetzky, rédacteur senior à la revue indépendante Prescrire, et auteur du blog AntiDrKnock a proposé, le 10 juin, une présentation sur les effets néfastes non visibles du dépistage, "Under the radar: unnoticed harms of breast cancer screening".

Download / Télécharger

Dr C.Bour est intervenue le 11 juin dans le cadre d'un panel discutant des "messages promotionnels par rapport aux messages neutres – impact sur les décisions individuelles de dépistage du cancer du sein lorsque l'information est supprimée".

Voici la présentation en anglais :

Download / Télécharger

Voici la présentation en français

Download / Télécharger

Elle relate la situation en France, depuis la concertation citoyenne jusqu'à la réponse des autorités sanitaires avec la censure du débat par l'Institut National du Cancer par la publication de sa page "éclairages", rangeant la controverse scientifique sur le dépistage du cancer du sein dans la rubrique des "fake-news".

Nos abstracts

Tous nos abstracts sont publiés dans le BMJ Evidence Medecine, dans les liens ci-dessous:

Under the radar

Dissemination of shared decision support knowledge...

Call for an international platform....

Better information of women

Socio-cultural environment

Posters

Dr Jean Doubovetzky exposera son projet innovant de site d'information collaboratif international d'information des populations sur la surmédicalisation : "Call for an international platform of collaborative websites to fight "the harms of too much medicine".

La Maison de la Culture et de la Médecine de Nice, en collaboration avec Cancer Rose affichera un poster concernant la diffusion des connaissances médicales pour une médecine plus intégrative avec le patient.
"dissemination of shared decision support knowledge in popular education and medical training regarding cancer screening "

Diffusion des connaissances d’aide à la prise de décision partagée en éducation populaire et en formation médicale autour du dépistage de cancers.

Cécile Bour, Md1, Jean-Michel Benattar, Md 2 3, France Légaré, PhD.  4, David Darmon PhD. 3 5 6, Luigi Flora PhD. 3 6

1 Association citoyenne (ONG) Cancer Rose

2 Association citoyenne (ONG) Maison de la Médecine et de la Culture (MMC)

3 Centre d’Innovation du Partenariat avec les Patients et le Public (CI3P), Université Côte d’azur, France

4 Chaire de recherche sur la décision partagée et l’application des connaissances, Université de Laval, Québec, Canada

5 Département d’Enseignement et de Recherche en Médecine Générale (DERMG), Université Côte d’azur, France

6 Laboratoire de recherche RETInES, Université Côte d’Azur, France

Mots clés : Décision partagée, partenariat patient, dépistage du cancer, information éclairée, éducation populaire, éducation médicale

Deux associations citoyennes, Cancer Rose et la Maison de la Médecine et de la Culture (MMC) se sont emparées, chacune dans le rôle qui est le leur, des attentes de la concertation citoyenne sur le dépistage du cancer du sein en France (2016). C’est à partir des travaux menés par Cancer Rose à travers la publication d’un Outil d’Aide à la Décision (OAD) à partir de données françaises, enrichis d’un petit OAD illustré, qu’il a été décidé de proposer des webinaires mensuels d’éducation médicale, en sciences de la santé tout en étant également ouvert aux citoyens.

Ce type de manifestation est une spécialité de la Maison de la Médecine et de la Culture depuis 2015, une proposition qu’elle mène en partenariat depuis fin 2019 avec le Centre d’Innovation du Partenariat avec les Patients et le Public (CI3P), entité , du département d’enseignement et de recherche de médecine de famille DERMG d’,Université Côte d’Azur. La MMC est une association de citoyens et non d’usagers du système de santé qui propose, à partir d’œuvres artistiques des rencontres-ciné-débats qui questionnent entre citoyens, qu’ils soient proches, patients, décideurs futurs ou professionnels de santé en exercice, des questions de santé qui nous concernent tous. Une activité qui a, dès sa première année, suscité l’intérêt du département de médecine de famille qui permet à la MMC d’attribuer depuis 2015 des heures complémentaires d’enseignement aux internes de médecine de famille comptant dans leur processus de validation de leurs diplômes pour leur participation aux réflexions éthiques sur la santé élaborées au-delà d’un entre-soi, entre médecins.

Parallèlement, la MMC a favorisé l’introduction en France d’une nouvelle approche initiée au Québec avec l’actuel codirecteur patient du CI3P. La MMC a ainsi, en partenariat avec la faculté de médecine et le DERMG, missionnée pour se faire par le doyen de la faculté de médecine, co-conçu une formation: un cursus de diplôme universitaire d’Art du Soin en partenariat avec le patient. Une formation primée comme innovation pédagogique par le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche dès sa première année d’exercice en 2018 (Prix Passion Enseignement et Pedagogie dans le Supérieur dans la catégorie « formation tout au long de la vie »).

C’est ce premier partenariat entre citoyens et universitaires qui a permis l’émergence du Centre d’Innovation du Partenariat avec les Patients et le Public (CI3P) au sein même de la faculté de médecine d’Université Côte d’Azur, tels que l’ont annoncé les concepteurs de cette formation lors de la remise de ce prix.

Cancer Rose et la MMC organisent, entre les automnes 2021 et 2022, entre deux campagnes Octobre Rose consacrées à la campagne de dépistage systématique en France, des webinaires mensuels donnant de l’information libre et éclairée susceptible de permettre le développement de l’esprit critique favorisant la décision partagée, tant pour les citoyens, citoyennes et patients, que pour les professionnels de santé et les étudiants en médecine.

Cette série de webinaires est enrichie par la participation d’un partenariat entre le CI3P et la chaire de recherche Canadienne sur la décision partagée et d’application des connaissances. Un partenariat qui renforce en fait des liens d’enseignement et de recherche développés historiquement entre ces universités francophones, canadienne avec l’Université Laval et française avec Université Côte d’Azur.

C’est ainsi que CI3P et la chaire de recherche canadienne de recherche sur la décision partagée et d’application des connaissances contribuent à un partenariat installé de longue date entre ces deux universités, entre la France et le Québec, et donc le Canada.

Ces webinaires mensuels participatifs initialement co-conçus entre les membres des deux associations et des citoyens (composés de patients, étudiants en sciences de la santé et médecins), proposent à chaque séance un échange initié par une œuvre d’art, qui peut être une œuvre ou un extrait de cinéma ou de documentaire, issu d’une œuvre littéraire ou encore de bande dessinée, d’illustrations graphique ou encore d’œuvre théâtrale ou de performance. Des œuvres principalement narratives mais pas uniquement. Cette approche artistique est proposées en introduction de la thématique. Les sujets traités permettent par la suite de développer l’esprit critique des citoyens par le fait même que chacun est mobilisé singulièrement dans sa sensibilité et l’interprétation unique qui en émerge, une approche qui ouvre à l’Art du Soin en partenariat avec le patient qui permet de se donner les moyens d’aboutir à une décision partagée, dans le cadre de la relation médecin-patient, en accord avec les valeurs éthiques d’un exercice médical ajusté aux mutations de la société et des êtres humains qui la compose.

C’est le cycle proposé que représente ce poster.

On en parle :

Article du CanadianTaskForce

Annonce dans la revue Prescrire

Photos

Edito dans le BMJ

Une réinitialisation du système pour lutter contre les excès de la médecine

BMJ 2022; 377 doi: https://doi.org/10.1136/bmj.o1466 (Publié le16 Juin 2022)

Par Kamran Abbasi, editeur en chef

La pression actuelle sur les systèmes de santé est sans aucun doute aggravée par le surdiagnostic et le surtraitement. The BMJ a mis en lumière les dangers de l'excès de la médecine dans un numéro thématique en 2002. S'appuyant sur l'argument d'Ivan Illich (Limits to Medicine, Marion Boyards, 1976) selon lequel " le monde médical est devenu une menace majeure pour la santé ", Ray Moynihan et Richard Smith, dans un éditorial expliquaient " comment les processus normaux de la vie peuvent être médicalisés ".
Il est important de noter que l'excès de médecine était, déjà à l'époque, un sujet qui intéressait nos lecteurs, puisqu'ils ont voté pour que nous réalisions ce numéro thématique. En 2015, un autre éditorial a lancé notre campagne Too Much Medicine et notre rôle dans les conférences Preventing Overdiagnosis.

Les preuves de l'effet néfaste du surdiagnostic et du surtraitement ne cessent de s'accumuler. Elles comprennent le coût pour les services de santé, la pression de la charge de travail sur le personnel et les dommages causés aux patients et à la planète.

Cette semaine, nous soulignons la façon dont la ménopause, un événement naturel modelé par les attitudes culturelles et sociales, est médicalisée.
Bien que les avantages du traitement hormonal substitutif, par exemple, fassent l'objet de nombreuses recherches, le calcul du rapport risque-bénéfice ne plaide pas en faveur du traitement pour de nombreuses femmes.

Le surdiagnostic est officiel ; il est désormais reconnu comme une rubrique médicale (MeSH) par la Bibliothèque nationale de médecine des États-Unis. Pourtant, la marche en avant de la "médecine industrialisée" est implacable. Les raisons en sont complexes, mais l'argent en est le principal moteur. "Vendre la maladie" est un commerce rentable, et le marketing de la maladie exploite les peurs et les émotions des patients. Les politiques joue un rôle, car les nouveaux traitements et les promesses d'interventions de haute technologie sont attrayants pour les électeurs. Les professionnels de santé y sont également entraînés, par leur désir de faire tout ce qui est possible pour le patient qu'ils ont devant eux.
Le tableau est brouillé par le fait que certaines maladies et populations sont sous-diagnostiquées et sous-traitées. Tout ceci est amplifié et compliqué par la pandémie Covid.

Trop de médecine, un concept qui date de plus de 20 ans, peut sembler être un boxeur dans les cordes qui se prépare à recevoir un coup de grâce de la part des industries qui vendent des maladies. Ce coup fatal n'arrivera pas. Il ne produira pas en raison des preuves solides que nous avons déjà des dommages causés par le surdiagnostic et le surtraitement. Il n’arrivera pas parce que la folie de la demande croissante de services de santé, des "soins de santé de faible valeur", doit cesser, parce que les systèmes de santé sont partout au bord de l'effondrement.

Il ne se produira pas parce que les intérêts financiers qui poussent à un excès de médecine seront de plus en plus exposés à mesure que les sociétés continueront à s'ouvrir. Il ne viendra pas parce qu'il y a suffisamment de cliniciens, de décideurs et de patients engagés, armés de preuves et de solutions, pour continuer à se battre, comme j'ai pu le constater lors de la dernière conférence sur la prévention du surdiagnostic Preventing Overdiagnosis Conference à Calgary la semaine dernière.

Mais il faut que certaines choses changent. Shannon Brownlee et Deborah Korenstein ont demandé si nous "cesserions d'utiliser à outrance des soins de santé de faible valeur si nous savions combien de fois ils font du tort aux patients". Une focalisation sur les préjudices causés aux patients par le surdiagnostic et le surtraitement serait un argument plus puissant qu'une focalisation sur les coûts. Pour cela, il faut que la science portant sur les préjudices soit mieux prise en compte dans la conception des recherches, dans la surveillance des systèmes de santé, dans l'enseignement clinique, dans les systèmes d'aide à la décision et par les médias.

The BMJ pourrait jouer davantage son rôle en introduisant une nouvelle section dans les résumés de recherche qui obligerait les auteurs à expliquer s'ils ont pris en compte les préjudices et ce qu'ils ont trouvé.

Un deuxième domaine de changement consisterait à prendre en compte les preuves issues des données d'observation et du monde réel et à optimiser les données pour mieux informer les cliniciens et les décideurs sur les effets néfastes, sans diluer l'importance et la place centrale des essais contrôlés randomisés correctement élaborés. Mais avant tout, la campagne contre l'excès de médecine nécessite une réinitialisation du système pour passer de la rhétorique et des preuves éparses à des preuves exploitables et à un impact mesurable.

Références citées dans l'édito ici : https://www.bmj.com/content/377/bmj.o1466

Cancer Rose est un collectif de professionnels de la santé, rassemblés en association. Cancer Rose fonctionne sans publicité, sans conflit d’intérêt, sans subvention. Merci de soutenir notre action sur HelloAsso.


Cancer Rose is a French non-profit organization of health care professionals. Cancer Rose performs its activity without advertising, conflict of interest, subsidies. Thank you to support our activity on HelloAsso.