Cancer du sein : OAD

*OAD : Outil d'Aide la Décision. Aide à la décision destinée aux femmes sans facteur de risque (familial ou génétique).

Cancer du sein : Dois-je me faire dépister ?

Le dépistage du cancer du sein. Ce sont des mammographies (radiographies des seins) et parfois une palpation, tous les deux à trois ans. Le dépistage ne diminue pas le risque de cancer du sein. Il vise à le détecter avant qu'on puisse le voir ou le sentir. À l'inverse, les mammographies de diagnostic servent à identifier des symptômes survenus dans un sein.

Incertitudes. Il n'est pas clairement démontré que le dépistage permet de diminuer le risque de mourir ou d'être atteint d'une maladie pénible. Et le dépistage a des effets indésirables.

La décision revient à chaque femme, une fois bien informée.

En France. Les femmes sont invitées à des mammographies de dépistage tous les deux ans, de 50 à 74 ans. Elles sont libres d'accepter ou non. Les radiographies, parfois complétées d'une échographie, sont lues par deux radiologues. Le résultat est rendu dans les jours ou semaines qui suivent. S'il est anormal, des examens complémentaires sont proposés : radios, IRM, prélèvement (biopsie). L'assurance maladie règle directement le dépistage et prend en charge de la manière habituelle les autres examens. Si le résultat est normal, les femmes sont à nouveau invitées deux ans plus tard.

Les avantages du dépistage.

Les mammographies détectent plus tôt certains cancers, mais pas tous. Dans ces cas favorables, les mammographies permettent parfois un traitement moins lourd, avec de meilleures chances de guérison.

D'après les essais, au bout de 10 ans, sur 2 000 femmes sans facteur de risque et dépistées, il y aurait probablement 4 décès par cancer du sein, au lieu de 5 décès par cancer du sein sur 2 000 femmes non dépistées. C'est la meilleure estimation qu'on ait, mais elle date de plus de 30 ans. De nos jours, les progrès sont surtout attribués à de meilleurs traitements. On dispose de peu de données fiables chez les femmes âgées de 70 ans et plus.

Certains cancers du sein ne sont pas détectés par le dépistage, et surviennent entre deux mammographies. Ils évoluent souvent plus vite.

Les inconvénients des mammographies de dépistage

  • Angoisse et douleur. L'attente du dépistage et des résultats provoque généralement de l'angoisse. L'examen comporte une compression des seins. Il est généralement jugé pénible, et parfois douloureux.
  • Fausses alertes. Les résultats anormaux touchent près de la moitié des femmes. La plupart sont des fausses alertes (ou faux positifs) : les mammographies font soupçonner à tort un cancer. La vérification passe parfois par des biopsies (et de très rares complications). Les fausses alertes provoquent de l'angoisse mais un résultat normal soulage généralement les femmes.
  • Rayons X. Les rayons X des mammographies provoquent un très petit nombre de cancers. On ne le connaît pas exactement, mais plus on est jeune et plus on fait de mammographies, et plus le risque augmente.
  • Surdiagnostic. Les mammographies détectent des tumeurs qui sont diagnostiquées comme de véritables cancers au microscope, mais qui n'auraient provoqué aucune maladie durant toute la vie de la femme : c'est le "surdiagnostic". On ne sait pas faire la différence entre ces surdiagnostics et les véritables cancers dangereux. Ces tumeurs sont donc habituellement traitées comme les autres cancers, par la chirurgie (ablation totale ou partielle du sein) et éventuellement la radiothérapie (rayons) et la chimiothérapie (médicaments anticancéreux). C'est pour cela qu'il y a plus d'ablations du sein dans les populations dépistées que dans les populations non dépistées.
  • Conséquences du surdiagnostic. Les personnes "surdiagnostiquées" subissent inutilement toutes les autres conséquences d'un cancer : arrêt de travail, perte d'emploi, difficultés psychologiques et familiales, perte de revenu, effets indésirables des traitements, dépression, accidents cardiaques, etc. Parmi ces conséquences, certaines provoquent des décès, mais on ne sait pas combien.

En conclusion

Malgré de nombreux essais, la balance des avantages et des inconvénients des mammographies de dépistage demeure incertaine. Dans cette incertitude, la meilleure décision est celle que chaque femme bien informée choisit de prendre pour elle-même.

Qu'on choisisse ou non le dépistage, le plus important est de consulter en cas d'apparition d'une boule (ou tumeur), d'une déformation du sein, d'un écoulement sanglant ou d'une rougeur inexpliquée.


Le tableau a nécessité des choix et des hypothèses. Vous en trouverez le détail sur cancer-rose.fr

Ce document est à jour des données scientifiques en juillet 2021. Il a été vérifié par des spécialistes et il le sera de nouveau tous les deux ans. Il a été financé par l'association de soutien à Cancer-rose, à partir de dons individuels, sans aucune subvention ni participation d'une administration, d'une firme ou d'un groupe professionnel.

Ce document est disponible en téléchargement

Sources :

  • USPSTF "Breast cancer screening, final recommendation statement" 11 janvier 2016. Site internet uspreventiveservicestaskforce.org.
  • Groupe d'étude canadien sur les soins de santé préventifs "Recommandations sur le dépistage du cancer du sein chez les femmes de 40 à 74 ans qui ne sont pas à risque accru" (mise à jour 2018). Site internet canadiantaskforce.ca.
  • Haute autorité de santé "Cancer du sein : quel dépistage selon vos facteurs de risque ?" daté du 19 mai 2014. Site internet has-sante.fr.
  • Concertation citoyenne et scientifique Ensemble, améliorons le dépistage du cancer du sein - "Rapport du comité d'orientation", septembre 2016 (166 pages). Site internet concertation-depistage.fr.
  • Prescrire rédaction "Mammographies de dépistage après l'âge de 50 ans" Infos patients Prescrire, mise à jour août 2019 (et autres articles)
  • Cancer Rose (cancer-rose.fr)

Pour l'infographie :

  • Gøtzsche PC, Jørgensen KJ. Screening for breast cancer with mammography. Cochrane Database Syst Rev. 2013;(6):CD001877.
  • Harms from breast cancer screening outweigh benefits if death caused by treatment is included
    BMJ 2013; 346 doi: https://doi.org/10.1136/bmj.f385 (Published 23 January 2013)
    Michael Baum, professor emeritus of surgery, Division of Surgery and Interventional Science, University College London, London WC1E 6BT, UK

Pour affiner, 3 hypothèses de la balance bénéfice/risque du dépistage du cancer du sein

Comme le niveau des bénéfices et le niveau des risques sont mal connus, on peut envisager la balance bénéfices/risques du dépistage selon trois hypothèses de départ différentes, proposées par DrVincent Robert, statisticien


une balance conforme aux hypothèses officielles (telles qu'on peut les trouver sur le site de l'INCa)
une balance basée sur des hypothèses favorables au dépistage
une balance basée sur des hypothèses défavorables au dépistage

Justification et calculs sur le blog du Dr VincentRobert : https://mypebs-en-question.fr/depistage/balance.php

SYNTHESE (cliquez)